PSA prend l'initiative de publier les consommations en usage réel

download-pdf
download-image
download-all
lun, 26/10/2015 - 14:00

Les nombreuses publications récentes sur les contrôles antipollution mettent en lumière l’importance des processus de conformité et de leur bonne application. Dans ce contexte, le Président du directoire de PSA Peugeot Citroën a demandé aux équipes d’ingénierie du Groupe de mener des travaux de vérification dans ce domaine et de faire des propositions d’amélioration.



Le Groupe a procédé à une revue approfondie de sa situation concernant les polluants et les consommations de carburant.

S’agissant des polluants, PSA confirme que ses véhicules n’ont jamais été équipés de logiciel ou de dispositif permettant de détecter un test de conformité et d’activer un dispositif de traitement des polluants, y compris les NOx (Oxydes d’Azote), qui serait inactif en usage client. Le Groupe rappelle que ses véhicules sont conformes et que 4300 véhicules ont été prélevés de façon aléatoire en usine en 2014 afin de vérifier la conformité de la production en matière d’homologation.

PSA est le premier constructeur à avoir généralisé l’utilisation de la technologie SCR (Selective Catalytic Reduction) « Blue HDi » sur l’ensemble de ses véhicules particuliers diesel Euro6.  Ce système de dépollution, pour lequel PSA a déposé une centaine de brevets, est reconnu dans de nombreuses publications comme étant la technologie la plus performante pour le traitement des NOx[1].  L’expérience acquise et les investissements déjà réalisés sur cette technologie  mettent le Groupe en bonne trajectoire pour  la future norme WLTP, prévue en  2017. Dans le même esprit, PSA a inventé le filtre à particules 11 ans avant que la norme euro 5 ne l’impose en janvier 2011 à tous les constructeurs automobiles. Pour mémoire, au premier semestre 2015, les ventes de véhicules particuliers  diesel ont représenté pour PSA 60,3% des ventes en Europe et 41,9% dans le monde.

S’agissant des consommations de carburant, PSA rappelle son leadership qui s’appuie sur ses développements technologiques récents (Moteur essence EB PureTech élu moteur de l’année 2015 dans sa catégorie, technologie diesel Blue HDI, boites de vitesses automatique hautes performances, plateformes allégées…). Le test européen actuel (NEDC)[2] datant de 1992 est reconnu comme peu représentatif des usages clients. Comme tout test en laboratoire, il fait l’objet d’optimisations, y compris chez PSA, connues des régulateurs mais critiquées  par des organismes tiers indépendants et des observateurs. Ces optimisations, dont le bilan électrique non nul (niveau de charge de la batterie, sollicitation de l’alternateur, …) ne seront plus acceptées par le prochain test (WLTP[3]) actuellement en cours de discussion au niveau européen. PSA rappelle qu’il soutient pleinement l'introduction dès 2017 de cette nouvelle norme (WLTP et RDE[4]) plus représentative de conditions réelles d’utilisation.

 

Soucieux de la confiance de ses clients, PSA Peugeot Citroën prend l’initiative :

  • De publier dès que possible, pour ses principaux véhicules, les consommations en usage client, sous le contrôle d’un organisme tiers indépendant ;
  • D’adopter des dispositions techniques permettant d’anticiper la future procédure WLTP, en commençant par le bilan électrique nul pour toute homologation de nouveau véhicule/motorisation.
 

[1] Source : The International Council on Clean Transport – Rapport – septembre 2015.

[2] New European Driving Cycle - nouveau cycle européen de conduite.

[3] Worldwide harmonized Light vehicles Test Procedure – nouvelles règles harmonisées pour les véhicules légers.

[4] Real Driving Emissions – Emissions en conduite réelle. 

Scroll